Project Milenial featuring news blogs and tutorials Adjustable Beds – Not Just For The Elderly! How A Dermatologist Can Help With Acne Problems Aromatherapy And Kids Amazingly Simple Skin Care Tips For People With Acne
Lukaku : "Je me souviens très bien du moment où j'ai su que nous étions pauvres." - Média Foot dz
lun. Nov 29th, 2021

Média Foot dz

Toute l'actualité du football

Project Milenial featuring news blogs and tutorials Adjustable Beds – Not Just For The Elderly! How A Dermatologist Can Help With Acne Problems Aromatherapy And Kids Amazingly Simple Skin Care Tips For People With Acne

Lukaku : “Je me souviens très bien du moment où j’ai su que nous étions pauvres.”

2 min read

Lukaku : “Je me souviens très bien du moment où j’ai su que nous étions pauvres. Je revois le regard de ma mère devant le réfrigérateur.. J’avais six ans et je quittais l’école à midi pour rentrer manger chez moi. Ma maman préparait la même chose tous les midis: du pain et du lait. Quand t’es un gamin, tu n’y penses pas mais j’imagine que c’est tout ce qu’on pouvait se payer.

Et puis un jour quand je suis rentré, je suis allé dans la cuisine et j’ai vu ma mère avec la brique de lait, comme d’habitude. Sauf que cette fois, elle le mélangeait à autre chose. Elle secouait le tout, tu vois? Je ne comprenais pas ce qui passait. Puis elle m’a apporté mon déjeuner et elle souriait comme si tout allait bien mais j’ai immédiatement réalisé.

Elle ajoutait de l’eau dans le lait. Nous n’avions plus assez d’argent pour avoir du lait pour toute la semaine. Nous étions fauchés. Pas seulement pauvres, totalement fauchés.

Je rentrais chez moi le soir et les lumières étaient éteintes. Pas d’électricité pendant deux, trois semaines. Je voulais prendre un bain mais il n’y avait plus d’eau chaude. Ma mère chauffait de l’eau dans une bouilloire sur la gazinière, je me mettais debout dans la douche et je me versais de l’eau chaude sur la tête avec une tasse.

Parfois, ma mère devait même “emprunter” du pain au boulanger en bas de la rue. Le boulanger nous connaissait moi et mon petit frère donc il nous laissait emporter un pain le lundi et le payer le vendredi. Je savais qu’on avait des difficultés. Mais quand elle ajoutait de l’eau dans le lait, je réalisais que c’était bien pire, tu vois ce que je veux dire? Notre vie, c’était ça.

Je n’ai pas dit un mot. Je ne voulais pas l’angoisser. J’ai juste avalé mon déjeuner mais j’ai promis à Dieu, je me suis fait une promesse ce jour-là. C’était comme si quelqu’un avait claqué des doigts et m’avait réveillé. Je savais exactement ce que j’avais à faire et ce que j’allais faire. Je ne pouvais pas regarder ma mère vivre ainsi. Non, non, non, pas moyen.

J’ai gardé ma promesse pour moi pendant longtemps. Mais parfois, je rentrais de l’école et je trouvais ma mère en train de pleurer. Donc un jour, je lui ai dit: “Maman, les choses vont changer. Tu verras. Je jouerai bientôt au football pour Anderlecht. Nous serons bien. Tu n’auras plus à t’inquiéter”.